Ulysse ou le littéraire entre affect et raison, dans Sens public, par Louis-Thomas Leguerrier.

Louis-Thomas Leguerrier dans Sens public, sur son essai paru chez #Hashtag, Collection Notifications. « À partir de la figure du « juifgrec » mise en scène par James Joyce et Benjamin Fondane, le retour d’Ulysse au XXe siècle est interprété à la lumière de sa capacité à incarner la tension entre judaïsme et hellénisme au sein de la culture occidentale. Dans cette optique, le rapport de force entre affect et raison devient le rapport de force entre foi et savoir, entre les prophètes de la Bible judaïque et les philosophes d’Athènes. Alors qu’au XXe siècle, l’exacerbation de la tension entre hellénisme et judaïsme culmine dans la catastrophe au cours de laquelle les héritiers autoproclamés d’Athènes entreprennent de supprimer les héritiers de Jérusalem, la figure d’Ulysse met en scène de manière dramatique la manière dont le rapport de force entre affect et raison débouche sur la persécution des affects par la raison. »

http://www.sens-public.org/article1384.html?fbclid=IwAR1HPfRkXlaFwHn0tFJ47paN7uxVSQq02B4XvAziZ9AiPlZiLlnuC4ZC2Vc&lang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *