Membre de l’Académie des Nobel de littérature et poétesse d’origine iranienne exilée en Suède depuis le durcissement de la censure sous Khomeini, Jila Mossaed fait pour la première fois l’objet d’une publication en français.

De Jila Mossaed,
membre de l’Académie suédoise des Nobel de littérature
Le coeur demeure dans le berceau

Membre de l’Académie des Nobel de littérature et poétesse d’origine iranienne exilée en Suède depuis le durcissement de la censure sous Khomeini, Jila Mossaed fait pour la première fois l’objet d’une
publication en français. Son plus récent (2018) recueil de poésie, Vad Jag
saknades här, paraît ce mois d’août en version française aux éditions Hashtag sous le titre très évocateur Le coeur demeure dans le berceau. Perle rare de la littérature suédoise, oeuvre inédite et bouleversante tout autant habitée par la beauté du quotidien que par la nostalgie de contrées délaissées, ce recueil a été traduit du suédois par Françoise Sule, représentante en Suède de l’AIEQ. Les éditions Hashtag sont fières de faire découvrir au public d’ici la poésie de celle qui, depuis 2018, occupe la chaise n° 15 de l’Académie suédoise.

« J’ai replié mes songes
et les ai placés sous l’oreiller
Quelle date sommes-nous aujourd’hui ?
Parfois j’oublie de respirer »

« Chaque langue qui me donne la liberté de m’exprimer contre l’injustice est la langue de mon coeur »

Jila Mossaed à propos de son oeuvre, où l’exil occupe une place de prédilection. À propos de Jila Mossaed, chaise numéro 15 de l’Académie suédoise : Jila Mossaed est née à Téhéran en 1948. Dès l’enfance, elle baigne dans la poésie, car son père, juge de profession, est aussi poète gnostique. À 17 ans, elle voit ses premiers poèmes publiés dans le magazine littéraire respecté Khoshe. En 1986, sept ans après la prise de pouvoir par Khomeini, elle publie son recueil de poésie, Ghazalan-i-chalak-i khatòirah (« Les rapides gazelles de la mémoire ») puis se réfugie en Suède avec ses deux enfants… Elle écrit constamment, surtout de la poésie. Son premier texte en suédois, le recueil Månen och den eviga kon, a paru en 1997. L’exil, y compris linguistique, et le combat contre la censure tiennent une place centrale dans son oeuvre. Depuis 2018, l’autrice occupe la chaise n° 15 de l’Académie suédoise des Prix Nobel de littérature.
Le coeur demeure dans le berceau – Jila Mossaed – Traduit du suédois par Françoise Sule
90 p.- ISBN : 978-2-924936-08-5 –16.00 $ – Disponible en librairie à partir du 9 sept. 2019
www.editionshashtag.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *